Surface Book : Microsoft drague les fans de MacBook

Comme pévu, le Surface Book de Microsoft est disponible en France ce jeudi en boutique et en ligne. Le premier PC 2-en-1 made in Microsoft a tout pour séduire. Il faut dire que Redmond a surpris son monde avec ce produit plutôt novateur tant par la forme que par le fond.

Hybride, le Surface Boook est un laptop et une tablette puisque le clavier peut se détacher. L’écran est de 13,5 pouces avec 6 millions de pixels (267 ppi). La dalle est donc pensée pour les doigts mais aussi le stylet. Microsoft semble très fier de son clavier, « fort de 25 ans d’expérience dans le domaine ». Le trackpad est en verre, comme sur le dernier Macbook Pro.

Il embarque un processeur Intel i7, un disque SSD, une puce graphique G Force de Nvdia et une batterie promettant 12 heures d’autonomie. Et d’accuser 1,5 kilo sur la balance. Point intéressant : la carte graphique est logée dans le clavier puisque les jeux PC se jouent souvent avec l’aide du clavier. Le reste des composants est placé dans la partie tablette.

Du côté de Microsoft, on se montre modeste en revendiquant le « PC le plus fin et le plus puissantjamais créé ». Rien de moins. Lors de sa présentation, Microsoft a d’ailleurs précisé que son nouveau produit était deux fois plus puissant qu’un MacBook Pro. L’adversaire est désigné. Le prix le confirme. La version d’entrée de gamme, si on peut dire, est livrée avec 128 Go de SSD, un processeur Core i5 et 8 Go de RAM est proposée à 1649 euros… Avec des configurations plus musclées, la , 16 Go de Rbête passe à 2069, 2319 et 2919 euros pour la version la plus haut de gamme (Intel Core i7, 16 Go de RAM, 512 Go de stockage).

Etant donné son prix, son positionnement et ses spécifications, le nouveau Surface Book de Microsoft vise donc notamment les utilisateurs de Mac. On le sait, ces derniers sont très fidèles à la pomme, pour Redmond il s’agit donc de les séduire en évangélisant.

Microsoft a donc publié un guide pour passer des Mac à son 2-en-1 hybride. L’éditeur utilise ici les bonnes vieilles ficelles marketing largement utilisées dans la téléphonie pour inciter les utilisateurs à la pomme de « switcher ». Apple fait ainsi la même chose pour attirer les utilisateurs Android.

Pour le géant, il ne s’agit pas de dénigrer ou de plaisanter mais d’expliquer. Expliquer quelle est la philosophie de cette machine, ses fonctions et l’apport de Windows 10 et même de Windows en général. Des conseils et des tutoriels sont évidemment présents.

L’utilisateur de Mac apprend ainsi à transférer ses fichiers personnels d’un univers à l’autre, Microsoft tenant également à rassurer sur le thème : « vous ne perdrez rien… »

Si le positionnement est le même que celui des MacBook, Microsoft adopte également la même approche d’obsolescence d’Apple. Cette approche explique en partie la note déplorable (1/10) infligée pariFixit le spécialiste du démontage, en terme de réparabilité et d’évolutivité.

En effet, pour gagner en poids, Redmond a fait certains choix : utilisation de la colle pour fixer des éléments : la vitre sur l’écran mais aussi la mémoire vive, le CPU et le GPU, qui sont donc des composants impossibles à remplacer…

On peut donc parler d’obsolescence programmée pour une machine vendue tout de même plus de 1500 dollars. Mais la Surface Book qui se compare souvent aux MacBook ne fait pas pire qu’Apple. iFixit avait attribué la même note à la dernière version de la machine pommée…

 

Source : http://www.zdnet.fr/actualites/surface-book-microsoft-drague-les-fans-de-macbook-39832932.htm

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s